J-8, la pression monte…

κείμενο στα Ελληνικά

Voilà, dans 8 jours, ce sera la veille de la course à laquelle je me prépare depuis des mois. Depuis le début de la semaine, j’ai diminué très fortement le rythme des mes entraînements, pour ‘faire du jus’, comme on dit dans le jargon. Physiquement, j’en avais d’ailleurs bien besoin, je sentais sur la fin de ma préparation une certaine fatigue… Mais cette coupure, en me laissant finalement pas mal de temps libre, m’amène à gamberger et à me poser toutes sortes de questions : suis-je suffisamment entraîné, suis-je prêt à affronter cette sacrément grande distance, vais-je surmonter les problèmes que j’avais rencontrés il y a presque deux ans, lors de mon premier essai en ultra ?

Heureusement, depuis mai 2015, les conditions ont bien changé, et j’ai eu la chance de vivre une belle expérience en septembre de cette année-là, en faisant office de suiveur pour Jean-Philippe, lors de cette fabuleuse course entre Athènes et Sparte, le Spartathlon ! J’y ai appris beaucoup de choses sur les courses longues distances, et j’y ai surtout rencontré des personnes exceptionnelles dont les conseils me sont toujours très utiles. L’un d’eux m’a dit tout récemment : « Ne doute pas de toi, mesure cependant l’ampleur de la tâche. » Et c’est ce que je vais me répéter sans cesse ces jours-ci.

Rester humble devant la distance que je vais parcourir… C’est je crois ce que je n’ai pas respecté lors de ma dernière expérience sur marathon, où j’ai démarré sur un rythme un tout petit peu trop rapide… Résultat, une nouvelle rencontre avec ce fameux ‘mur’, aux alentours du 32ème kilomètre. A Thasos, la distance, 105km, est toute nouvelle pour moi, et je pense que ce problème ne se posera pas. J’ai énormément travaillé mes sorties longues sur le rythme prévu le 22 avril, le fameux rythme Cyrano (enchainement course-marche), je devrais pouvoir m’y tenir. Mais comme toujours, le départ sera très important, je vais prudemment rester en retrait et partir lentement.

Ne pas douter de moi… Pas évident, surtout avec mon échec de 2015, sur une course finalement assez semblable : les images douloureuses sont toujours bien présentes… Mais là, j’ai mes données d’entraînement qui sont vraiment rassurantes : en 2015, je traînais une blessure à ma cheville droite (une tendinite) qui m’avait mis à l’arrêt total jusqu’à 12 semaines avant la course. Cette année, la préparation s’est déroulée dans des conditions presque parfaites, le bilan kilométrique et horaire comparé parle de lui-même :

Screenshot 2017-04-14 00.51.54

Autre avantage, j’ai une toute petite expérience de l’ultra, puisque j’avais tout de même parcouru 70km avant d’être contraint à l’abandon. Cette année-là, j’avais accumulé pas mal d’erreurs, qui m’amenaient directement à l’échec, mais qui à postériori m’ont beaucoup appris… A Thasos, je serai donc beaucoup mieux préparé, sur tous les aspects. Et puis, Thasos, c’est quand même un endroit très particulier pour moi, les innombrables souvenirs qui s’y rattachent devraient me permettre de retrouver une motivation dans les moments de doute qui surviendront en cours de route. Enfin, les miens seront au départ et à l’arrivée, j’aurai à coeur de ne pas les décevoir !

Bref, les voyants sont au vert, et il me tarde de me retrouver sur la ligne de départ. Encore une semaine à attendre, qui va finalement vite passer puisque dès demain nous partons vers Thasos, pour quelques jours de vacances… L’occasion de faire une petite reconnaissance du parcours !

004

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s