2016 : 1 nouvel échec sur 42k, 1 nouvelle blessure, 1 changement de cap…

κείμενο στα Ελληνικά

1 nouvel échec sur 42k, 1 nouvelle blessure, 1 changement de cap… C’est donc en bref le bilan de cette année qui vient de s’achever, pour ce qui concerne la course à pied. Pas glorieux ce bilan : les résultats sont très en deçà de ce que j’espérais, et surtout pour ce marathon d’avril, que j’avais pourtant préparé sérieusement, mais qui s’est révélé très décevant.

Surtout, une nouvelle blessure m’a arrêté net au tiers de l’année, juste après le marathon. Etrange blessure d’ailleurs, puisqu’elle ne me gênait aucunement pour courir. Mais le diagnostic du toubib a été sans appel : aponévrosite plantaire.

Bizarrement, cette blessure aura été un mal pour un bien, puisque j’ai dû remettre en question ma façon de voir la course à pied et refondre totalement mon mode d’entraînement.

vtt

Trois mois d’arrêt, mais pour ne pas perdre tous mes acquis, j’ai ressorti un vieux VTT et commencé à retrouver le plaisir – oublié – de pédaler. Petit à petit, à partir de juillet, je me suis remis à la course, avec une nouvelle approche, tranquille, en oubliant la vitesse et les efforts trop intenses. Bref, j’ai ressorti le livre de S. Cottereau et orienté mes entraînements vers l’endurance fondamentale, tout en gardant un peu de vélo pour ménager mon pied droit que je sens toujours un peu faible.

Après deux mois à cette sauce (50% course – 50% vélo), la course de Symi arrive à point nommé pour mesurer l’efficacité de ce nouveau type d’entraînement. Mon temps, mais surtout mon ressenti tout au long du parcours, me confortent dans mon choix.

Ce semi-marathon à Symi, ainsi que la coupure que le mini-voyage vers l’île « d’en face » occasionne dans ma vie quotidienne, me permettent également de réfléchir à la suite que je veux donner à ma « carrière » sportive.

Je me reprends à penser à des efforts plus longs, et c’est bien à Symi que je décide de retenter l’aventure de l’Ultra. Deux choix s’offrent à moi : revenir sur le parcours de l’Euchidios, sur lequel j’avais échoué en 2015… ou retrouver l’île de mon enfance, Thasos, où une nouvelle course est organisée depuis 2016. Après concertation avec ma dream-team, la décision est vite prise, ce sera le tour de Thasos, un peu plus de 100 bornes sur les traces de Théagène !

theagene

Dès lors, mon planning d’entraînement va évidemment s’adapter à ce nouvel objectif : séances plus longues, rythme (encore 😉 ) moins soutenu. Le mois de décembre est ainsi consacré à franchir un premier palier : repasser systématiquement à 4 sorties CAP hebdomadaires, pousser les sorties longues à des durées de 2 à 3h, et maîtriser les pulsations cardiaques, en courant moins vite, voire en marchant dans les grosses côtes. La préparation proprement dite de la course commencera fin janvier, avec à ce moment un nouveau palier à atteindre.

Côté saison 2017, donc, le programme est déjà bien dessiné :

29 janvier, 10 km de Rhodes (Tafros)
5 mars, semi Soroni-Apollona
12 mars, trail Profitis Ilias (?)
9 avril, semi dans le cadre du marathon de Rhodes
22 avril, tour de Thasos, 105km
23 juillet, course Soroni-AgioSoula
6 setembre, semi Symi-Panormitis
1 octobre, 10 km de Rhodes (?)
5 novembre, Rhodes for Life
12 novembre, marathon d’Athènes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s