Semi-marathon de Rhodes… compte-rendu

κείμενο στα Ελληνικά

Tout juste au milieu de ma préparation pour ce 3ème marathon athénien, j’avais donc programmé une course-test, pour évaluer mon état de forme. Mais attention, pas n’importe quelle course, il s’agit du semi-marathon, dans le cadre du 1er marathon de Rhodes !!!

rhodes marathon

Une course à domicile, mais vraiment à domicile, le départ de semi étant donné à trois kilomètres de chez moi, du côté du village de Théologos. Pas trop difficile donc de trouver la motivation.

La première partie de ma préparation s’est déroulée de façon quasi-parfaite, avec 5 séances par semaine, pour un volume kilométrique qui tourne autour de 60 à 70 kms hebdomadaires. La semaine précédant le semi est évidemment allégée, histoire de reprendre des forces avant l’échéance : trois entraînements tranquilles, dont une séance avec trois portions de 1500m à l’allure prévue (5’10). Cette semaine est aussi (et ça devient classique) l’occasion de voir pointer quelques douleurs étranges : douleurs aux genoux dès les débuts d’entraînement, douleurs à ma cheville droite, même au repos… Mon fan-club se moque un peu de moi, c’est toujours lors des jours précédents une course que tous ces petits bobos ressurgissent. Psycho-somatisation, me dit-on… D’ailleurs, aujourd’hui, au lendemain du semi, plus rien, tout va de nouveau bien…

Bref, en ce dimanche 12 octobre, réveil très matinal, vers 5h15, pour déjeuner. Les affaires sont prêtes depuis la veille, pas de pression, puisque je vais pouvoir rejoindre le point de départ en quelques minutes. J’y retrouve les autres participants, nous sommes assez peu nombreux, puisque c’est la grande première de cette course, 55 partants sur le semi. On se connait pour la plupart, mais il y quelques étrangers, venus de Belgique, Suisse, Ecosse, Finlande, ou même Canada ! Et puis donc un Français 🙂

20141012_081206 A 8h15, enfin, le départ est donné !

depart

Comme dit plus haut, cette course est un peu une répétition avant Athènes : pas question de me cramer à 4 semaines du marathon, mais pas question non plus de traîner ! Je n’ai jusqu’à présent qu’une seule référence sur la distance du semi-marathon, et cette référence n’est pas parmi mes meilleurs souvenirs de course à pied : c’était il y a un an et demi, à Kiotari (au sud de Rhodes), lors d’un triathlon en mode relai. J’avais alors participé, en effectuant le dernier relai de mon équipe, mais les conditions n’étaient pas vraiment idéales : trois allers-retours très monotones, chaleur écrasante… J’ai donc bien l’intention aujourd’hui d’effacer ce temps d’alors (1h55’47).

Le plan est donc très simple : partir sur un rythme régulier basé sur l’estimation de mon potentiel sur semi, soit 5’10 au kilomètre. J’ai donc programmé ma montre pour ne contrôler que deux paramètres : l’allure moyenne de course, et l’allure instantanée. Je laisse donc partir les plus rapides, et trouve très rapidement mon rythme, légèrement plus rapide que prévu. A ce train, je me retrouve assez vite tout seul, en 9ème position. Loin devant, je distingue, sur les longues lignes droites de ce parcours, les deux coureurs qui me précèdent, et j’entends dans mon dos mon poursuivant. Le premier 5km est bouclé en 25’11, les sensations sont excellentes, mon rythme cardiaque se stabilise aux alentours de 167 pulsations par minutes.

Je suis alors rejoint par mon poursuivant, qui se révèle être une poursuivante, une Finlandaise qui habite à Rhodes. Nous allons faire une grande partie de la course ensemble, elle terminera deuxième féminine, derrière une Suissesse qui est partie dès le départ bien plus rapidement. Avec Sari, c’est son prénom, nous en profitons pour discuter un peu : elle a en fait le même objectif que moi, à savoir améliorer son record sur marathon dans 4 semaines, à Athènes également ; ce sera sa 4ème participation, record à 4h04 si je me souviens bien ! Nous conservons donc notre rythme commun, elle prend juste un peu plus son temps aux ravitaillements, et me rattrape ensuite. Deuxième 5km en 25’17, et donc passage au 10km en 50’28… Soit à 1’30 de mon record sur 10 bornes ! Je pense que j’ai beaucoup de mal à me faire mal sur les petites distances, et il faudra quand même que j’essaye un jour de descendre ce temps. Les pulsations, stables à 168.

10k-1

On atteint donc la mi-course, et c’est à ce moment-là que le rythme flanche un peu… Pas d’inquiétude, je reste dans mes prévisions, je suis alors pile sur le rythme imaginé avant la course, vers les 5’10. Le troisième 5km se termine en 25’46, avec des pulsations de 169 en moyenne, et ma partenaire décide d’accélérer un peu. Comme je me sens bien sur ce rythme, je la laisse partir, et la garde en point de mire… Difficile de parler de point de mire, nous sommes arrivés dans la zone touristique de Ixia, avec pas mal de circulation, et l’on commence également à remonter les derniers coureurs du 10km, qui sont partis ¾ d’heure après nous, et qui termineront au même endroit. Mais pour le coup, on a enfin retrouvé le bord de mer. Malgré mon rythme qui faiblit un peu, je rejoins un de mes concurrents, celui que j’apercevais dans les longues lignes droites du début de parcours… mais je suis également rattrapé par un autre poursuivant. Le 4ème 5km est bouclé en 25’54 (pulsations à 172), nous sommes déjà dans la ville de Rhodes, sur le bord de mer, côté ouest.

10k-2
Dans la petite descente qui précède le km 20, mon compagnon, Nikos, accélère, et je fais l’erreur de ne pas le suivre.

aphotography (281)
Ensuite, j’ai beau accélérer sur le dernier kilomètre, je n’arriverai pas à les rejoindre, ni lui, ni Sari… Ils terminent ensemble à 12 secondes devant moi…

arrivee
Bon, ce n’est pas vraiment important, je termine 11ème, avec un temps final de 1h47’57. C’est donc deux minutes de mieux que ce que je visais ! Surtout, j’ai vraiment l’impression de ne pas avoir forcé, et je suis assez satisfait d’avoir respecté mon plan initial, de garder un rythme bien stable. La médaille est de plus bien belle, représentant le dieu Hélios, protecteur de l’île.

1798678_1396113500678566_183526967012313726_n
Il reste bien sûr beaucoup de travail jusqu’au 9 novembre, mais le moral est maintenu au beau fixe, c’est de bon augure pour la suite de la préparation.

42

Publicités

Une réflexion sur “Semi-marathon de Rhodes… compte-rendu

  1. Pingback: Ημιμαραθώνιος της Ρόδου – 12/10/14 | passion course à pied

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s