Coupure annuelle…

Le marathon, c’était donc l’objectif principal de ma saison, programmé dès l’arrivée au stade d’Athènes en 2012 lors de ma première participation… La course terminée, arrive une étrange impression de vide qui se développe petit à petit : l’objectif est atteint, on arrête brutalement les entraînements pour reposer l’organisme, qui a souffert pendant la compétition mais aussi lors de la longue période de préparation qui a précédé, et on se retrouve à se chercher une nouvelle motivation pour ce qui concerne la course à pied.

Justement, l’occasion était toute trouvée de profiter de cette coupure annuelle au niveau de l’entraînement, pour tirer un bilan de mes débuts de coureur et envisager quelle direction prendre maintenant que je ne peux plus me passer de ce sport.

Première étape, la création de ce blog, qui va me pousser à définir mes objectifs, et surtout à les respecter… Cela faisait quelque temps que j’y pensais, sans vraiment prendre le temps de me décider à franchir le pas. La lecture de quelques blogs de qualité, ainsi que le climat très littéraire dans mon entourage ces derniers temps, m’ont sans doute encouragé à démarrer cette expérience.

Ensuite, face aux erreurs constatées lors de ce deuxième marathon, j’ai décidé de changer totalement ma façon de m’entraîner, d’assumer mon âge qui ne me permet pas de songer à de bons chronos, et de me concentrer sur un objectif : le plaisir de courir… Finis les fractionnés violents sur des petites distances, place à l’endurance ! Je vais aussi redécouvrir les chemins de l’arrière-pays rhodien, que j’ai un peu désertés lors de la préparation marathon, avec tous ces kilomètres parcourus sur route.

Bon, qui dit plaisir, ne veut pas dire absence de méthode : mes entraînements seront tout de même structurés (avec comme base la méthode Cottereau), avec des objectifs de compétition à la clef. Ainsi pour le début d’année, deux courses locales sont au programme, un 10km à Rhodes en janvier (trois boucles dans les douves de la vieille ville, parcours magnifique – les remparts sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco) et un semi-marathon début mars (on part de mon village, Soroni, en bord de mer, et on grimpe jusqu’à l’arrivée, le village d’Apollona, à mi-hauteur sur la montagne Profitis Ilias). Pour la suite, je ne suis pas fixé, mais un marathon de printemps me plairait bien, par exemple celui de Nauplie, dans le Péloponnèse… Histoire de corriger mes erreurs de gestion de cette distance, sur un parcours plus facile que celui d’Athènes. D’ici là, j’ai le temps de me décider…

Après deux semaines sans courir, mon envie de reprendre mes entraînements était retrouvée, j’ai donc depuis dix jours ressorti mes chaussures de sport. Au programme, quatre sorties par semaine, avec donc une très grande partie réservée à l’endurance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s